Rechercher

Excusez-moi de vous déranger…



Enfant, j’avais une peur bleue d’appeler les gens, même les plus proches ; surtout s’il s’agissait de demander quelque chose. Ma mère, pour me rassurer m’avais appris une phrase d’approche, mécanique. « Bonjour, excusez-moi de vous déranger… ».


C’était poli, gentil… Mais c’était aussi partir du principe, que j’allais déranger avant même d’avoir composé le numéro.

Une preuve nouvelle du fait que notre éducation guide nos comportements ? Cette phrase anodine m’a conditionnée pendant des années. Une vérité sans conséquence apparente, mais dans le fond, cela me maintenait dans un espace de peur et de fausses vérités qui en découlent automatiquement : « Je ne suis pas à ma place », « ce que j’ai à dire n’intéresse pas », « … »


« Si la personne décroche, c’est que tu ne la déranges pas. »


Et si c’est le cas, elle te le dira. C’est une sacrée info, non ? C’est une autre femme de ma vie qui me l’a proposée. Ce fut libérateur.


C’est un fait, d’autant plus vrai aujourd’hui. La diversité des modes de communications nous offre la possibilité de contacter sereinement en étant certains de ne pas déranger.


Et pourtant…


Combien d’entre vous se sentent-ils gênés à l’idée de prendre contact avec un prospect ? Pour une présentation, un suivi, ou une offre ?


Combien d’entre vous remettent à plus tard, en croisant les doigts pour que ce soit l’autre qui vous contacte ?


Timidité, peur de déranger, syndrome de l’imposteur… Peur d’être rejeté.


Comment arriver au bout de ce phénomène qui vous handicape ?


1/ Croire en ce que vous faites et proposez. « Être convaincu pour convaincre. »


L’assurance qui se dégage d’un discours convaincu est plus entrainante que celui d’une personne qui marche sur des œufs lorsqu’elle parle de ce qu’elle fait. Testez, apprenez, lisez, pour personnaliser et parfaire votre expérience.


2/ Établir un protocole, une marche à suivre.


Iriez-vous à un examen écrit ou oral ? Les mains dans les poches ? Préparer sa présentation, connaître ses produits… Établir un plan pour closer sereinement.

Sans parler du fait que cela permet de canaliser son énergie et son stress ; cela permet également de fixer un cadre.


En présentation d’opportunité, cela permet d’établir un timing de prise de contact.

Ex : « Je t’invite à regarder cette vidéo et je te recontacte dans 2 semaines. » Amène la possibilité de fixer un rendez-vous avec le prospect et de donner un rythme à votre prospection.


D’autant que le rendez-vous se fixe avec la personne ; vous serez donc certains de ne pas déranger.

Il en va de même pour un suivi client.


3/ Concentrez-vous sur les besoins de vos prospects.


Si vous vous focaliser sur vos propres besoins et vos attentes, cela transpirera dans votre présentation et vous ferez un flop.


Redirigez votre attention sur eux en vous demandant ce que vous pouvez faire pour les aider. Quels sont leurs besoins et comment vous pouvez y répondre.


Petit parallèle : lorsque l’on répond à une annonce d’emploi, la position initialement adoptée est la suivante : « Je cherche un job, j’ai besoin de bosser, j’ai besoin d’argent ». Et cette position vous place en tant que demandeur. Tandis que la position la plus juste et valorisante est celle-ci : « Ils recrutent, ils sont en demande ; je suis la solution ! ».

Une société qui recrute cherche une personne capable de lui apporter quelque chose, et paiera pour ça ; elle ne cherche pas à rendre service à la personne qui prendra le poste. Elle a des besoins et des attentes précises auxquelles vous êtes capable de répondre.


Il en va de même pour vos prospects : ils ont des besoins et des attentes. S’ils vous approchent, c’est que vous êtes probablement la solution.

Interrogez-les, écoutez-les ; créez une relation en apportant quelque chose. Amenez votre opportunité.


N’ayez plus peur de déranger.


Ne plus avoir peur, c’est difficile. Mais en réalité, la peur n’est ni plus ni moins qu’un avertissement. Alors, avant de vous lancer. Prenez le temps de respirer, de réfléchir sur la position à adopter. Si la peur vous rattrape, interrogez-vous : « Ai-je le bon positionnement ?», « Suis-je le demandeur ou la solution ? ».

En observant une situation sous un angle différent, vous trouverez des solutions auxquelles vous n’auriez pas penser initialement.


Petit plus…


Utilisez des outils d’organisation et de suivis : agendas, rappels… L’application Yiip est un excellent outil… Pour ne plus remettre à demain ce que vous vous êtes engagés à faire aujourd’hui.


Y’a plus qu’à… Croire en vous !


Lorène Seulin

108 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout