Rechercher

Au moulin rose, une marque qui se démarque ?



La fête de l’amour étant passée, avec la rédac nous nous sommes interrogées sur l’évolution d’un domaine de la vente directe… Qui interpelle. Celui de la vente de produits de plaisir. C’est donc l’univers du sextoy, la recherche de l’intimité et de la féminité qui seront mis en avant aujourd’hui. Et pour cela, quoi de mieux que d’interroger la société experte dans son domaine, qu’est « Au Moulin

Rose ».


J’ai donc eu le plaisir d’échanger avec Stéphanie DIAS, fondatrice et créatrice de cette société qui a le vent en poupe.

En effet, à ses 30 ans en 2005, la jeune femme a décidé en parallèle de sa première grossesse, de se lancer dans la conception d’un projet d’envergure. Son objectif était de développer une société qui répondrait à ses attentes, le tout en apportant un sens nouveau à sa vie. Elle se lance donc en 2006, dans le domaine encore peu développé, mais tout à fait passionnant, du conseil aux femmes en épanouissement intime.

Son ambition première ? Démocratiser un objet qui ne se vendait alors, majoritairement qu’en sex-shop, et ainsi aider des personnes à se sentir bien dans cette quête de l’épanouissement personnel.


Elle démarre donc sa société avec une gamme « cosmétique intime et sextoys ».


Une gamme en pleine expansion.


Si certains pourraient qualifier ce domaine de « particulier », ou de « vulgaire » ; pour cette société, « c’est juste un domaine » explique Stéphanie Dias. L’avancée des mœurs faisant qu’aujourd’hui, nous parlons plus largement de sujets tabous tels que les règles, les culottes menstruelles… La sexualité et l’intimité sont donc des sujets qui se libèrent.


Et c’est en communiquant positivement, avec des mots bien choisis ainsi qu’en prenant soin de ses visuels et graphismes ; tout en étant à l’écoute de sa clientèle depuis son démarrage, que cette équipe se développe. Ses consommACTEURS et consommACTRICES, participent à l’évolution de la gamme. En effet, les envies et besoins sont remontés en interne, par ses égéries, pour ensuite en évaluer la faisabilité. C’est de cette façon que la gamme s’est élargie sur quatre secteurs distincts (beauté, bien-être, séduction et intimité) mais tous liées à la mission centrale de libération du plaisir et de la féminité.


Cosmétiques, lingeries fines, sextoys et bijoux sont donc aujourd’hui au rendez-vous, sur la jolie boutique aux multiples références d’Au Moulin Rose.


« Pas aussi vert qu’un concombre »


L’implication ne s’arrêtant pas juste à la demande commerciale, ils font aussi le choix de répondre à une qualité environnementale. En effet, à une époque où le plastique et la consommation de piles pourraient être sujets à controverses, Stéphanie répond ceci : « Effectivement, nos produits, de par leur évolution technologique ne sont pas aussi verts qu’un concombre, mais comme tous les produits technologiques de notre quotidien, ils sont extrêmement efficaces ! ». Faisant ainsi référence à l’un de leur produit phare le Clit’Party, un stimulateur clitoridien. Ceci n’enlevant rien à l’investissement de cette société dans son engagement écologique. Sans en faire une promesse, elle recherche effectivement à toujours tenter le meilleur, et s’applique donc à retirer les consommables plastiques inutiles, et à utiliser du plastique recyclé pour ses conditionnements indispensables. On notera aussi une nette évolution dans la construction de sa gamme, de par sa composition à base de silicone médical et ses technologies : rechargeable pour la plus grande partie de ses 70 références ; toutes disponibles seulement en vente directe. On trouvera aussi du bio et du naturel dans les cosmétiques intimes.


Le sextoy vert est donc au programme, même s’il reste encore du chemin à parcourir.


Le choix de la qualité très contrôlée


Dans un domaine où la concurrence existe et se multiplie : love store (30% en moyenne), boutiques en lignes (55% chez les hommes et 40% chez les femmes) … Là où la qualité peut sembler parfois douteuse et les services après ventes pas toujours au clair. Cette société émergente a su se positionner dans l’intermédiaire de la vente directe, en apportant en plus un soin irréprochable à son développement.

Stéphanie et son équipe interne ne laissent rien au hasard ; jusqu’à la sonorité de ses produits, tout est maîtrisé : charte de qualité clairement établie, contrôles des productions sur sites, recherches de designs et d’innovations.


De plus, le fait de développer en interne, de maîtriser la qualité et la quantité de production, permet à la société d’innover tout en restant attractif quant au coût de ses produits, proposant ainsi un rapport qualité prix imbattable. Tout est ainsi mis en œuvre pour garantir le meilleur des services à sa clientèle.


C’est également ce qui fait de cette marque une référence sur le marché reconnue comme telle par ses pairs.


Un service très personnalisé


L’intermédiaire de la vente directe, alliant boutique en ligne et ventes en réunions, a permis à Au Moulin Rose d’affiner la qualité de ses services en proposant de l’exclusif, de l’inédit et de la nouveauté.


Parce que la féminité est aussi belle que complexe, ses égéries formées aux besoins et conseils intimes par des experts et des professionnels de la santé sexuelle notamment, viennent compléter la sphère qualitative du produit.


La société propose donc des micro événements, les PINK PARTY, réunions personnalisées selon les besoins de l’hôtesse (ou de l’hôte). Pour cela, un Diagnostic Plaisir est réalisé en amont ; questionnaire qui vous permet de cibler vos besoins d’épanouissement, afin de recevoir ensuite les meilleurs conseils le jour J pour véritablement vous épanouir dans votre vie de Femme (ou d’homme).


Ainsi, vous vous réunissez chez vous entre amies, en fonction de vos disponibilités et vous passez un moment inoubliable entre papotages et surprises, découvrant des produits coquins et des conseils sexo. Le tout dans une ambiance « boudoir d’autrefois » où les langues se délient pour confier des secrets d’érotisme ponctués de fous-rires !

Toutes les occasions étant bonnes pour se réunir, il n’y a plus qu’à choisir… Anniversaire, enterrement de vie de jeune fille (EVJF), retrouvailles entre ami(e)s, soirée entre collègues, after work, goûter, après-midi cocooning, atelier beauté… Tout est possible !


« Il faut se rappeler d’où l’on vient »


N’en déplaise au mythe du chou et de la cigogne, la cinquantaine se fait la part belle. En effet, les différents sondages lancés sur l’utilisation et la consommation de produits de plaisirs, révèlent que l’industrie du sextoy ne se réserve pas seulement à la jeune clientèle. La pratique de jeux intimes commence dès 18 ans jusqu’à plus de 70 ans. Chiffres qui pourraient surprendre bon nombre de personnes qui imaginent que passer un certain âge, la sexualité n’existe plus. « Il faut se rappeler d’où l’on vient. » explique Stéphanie, qui confirme ces chiffres par sa clientèle, qu’elle qualifie d’atypique, large et intéressante et de tout âges. Il en ira de même pour la composition de ses équipes d’égéries.


Démocratiser le plaisir en le rendant accessible.


C’est la mission que s’est donnée Stéphanie quand elle s’est lancée dans cette aventure, que l’on pourrait qualifier de risquée. Pour cela, maîtriser les prix de vente est une chose ; il fallait également évaluer sa faisabilité et décider du mode de vente et de communication… Et c’est après avoir tenté la vente en boutique, puis la vente en ligne, ; qu’elle choisit le Marketing de réseaux et la vente directe. Un choix guidé par le cœur et par sa clientèle.


Car pour rendre accessible à tous, il faut déployer ses capacités de ventes ; penser aux zones rurales où réseaux et commerces se développent peu, mais qui laissent une grande place à la communication de proximité.


De plus l’idée de partager sa réussite avec des milliers de personnes plutôt qu’avec de grandes sociétés de marketing connues étaient plus en accord avec son projet d’aide et d’accompagnement.


Sa vision est simple : « En compétition, l’équipe gagne la coupe ; chaque membre repart avec une médaille. C’est ce qui fait l’équité d’une société ».


Son pari est gagné. Aujourd’hui la société compte plus de 5500 égéries expertes dans leur domaine.

Des rangs qui ont pris d’autant plus d’ampleur au cours de ces deux dernières années avec une croissance de 50% en 2020 puis en 2021. 2022 viendront s’aligner avec l’emménagement de la société dans ses nouveaux locaux en fin de construction. Un bâtiment quatre fois plus grand que les précédents, qui comprendra une salle de formation et de prototypes et permettra de renforcer la cohésion de l’équipe interne ; « pour accompagner tout le monde au plus haut », tel est l’un des rêves de Stéphanie.


Savoir être avant de savoir faire


Si par le plus grand des hasards, investir dans cette société serait tentant… Il est bon de savoir que parmi les critères de recrutements mis en place, celui qui prime est le SAVOIR ÊTRE. Pour le reste, tout un système de formation est mis en place pour apporter à ses équipes les connaissances nécessaires : le SAVOIR et le SAVOIR FAIRE. Pour cette société aux valeurs éthiques, l’accompagnement et l’enseignement, c’est leur job.


Stéphanie encourage fortement ses équipes à se développer personnellement pour qu’elles acquièrent des compétences fortes à mettre sur un CV : vente, management, expertise théorique… Car ne l’oublions pas, le marketing de réseaux est souvent un complément de revenus avant d’être un job à temps complet. Il est donc important de pouvoir en tirer le meilleur en tous sens. De quoi donner de l’élan à la réussite !


La parité dans tout ça ?


Messieurs… Vous êtes les bienvenus dans ce monde de plaisir en développement. Les égéries masculines sortent parfaitement leur épingle du jeu. D’autant qu’une partie de la gamme est destinée aux hommes et aux couples.


La question maintenant est … Canard ou petit lapin ?


Lorène SEULIN.



255 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout